Bernardin de Saint-Pierre project: Digital correspondence

from the correspondence of bernardin de saint-pierre — tranche 3

[N]ous sommes arrives ici, Monsieur, le 12 du mois dernier, mais je n’ai pu qu’aujourd’hui, effectuer le renvoi de vos livres. je les adresse à un ami à paris, qui se chargera de vous les faire tenir.

je vais profiter de cette occasion pour m’entretenir un moment avec vous, et vous soumettre quelques réflexions qui se sont presentées à mon ésprit, en lisant les vœux d’un solitaire, que j’avois emportés dans ma route. je vous les soumets avec la confiance que l’on doit à un ami de la vérité, pour qui les opinions n’ont de prix que par amour pour elle.

Ou la loi réside dans la volonté générale, ou l’homme n’est point fait pour la liberté. Voila la pensée que je trouve toujours devant moi, lors que je cherche à examiner quelques idées du préambule des vœux d’un solitaire, relatives à la liberté ce précieux bien de l’homme en société. de la définition de la loi; de la liberté de l’homme de n’ètre soumis qu’à la loi, résultent à mes yeux, toutes les difficultés que je trouve contre votre pouvoir modérateur et la division du pouvoir législateur, en parties qui se balancent. permettes moi quelques développemens. . . .

— Paul Narcisse Eugène d'Andrée, Baron Des Pilles to Jacques Henri Bernardin de Saint-Pierre,
Thursday, 5 November 1789;
EE letter ID: sainjaVF0031077a1c


L’amour et le respect, Monsieur, que je porte à la vérité, m’obligent de convenir que j’ai fait raisonner les astronomes d’une manière inconséquente en supposant qu’ils croioient les 180 degrés de la demie circonférence de la terre pour la pluspart plus grands que les 180 degrés de la sphère et égaux pour le reste. pour les refuter je devois admettre leur conséquence entiere et conclure avec eux que la terre etant aplatie aux poles elle etoit allongée sous l’equateur et puisqu’ils admettent des degrès plus grands que ceux de la sphere dans son aplatissement ils en devoient supposer de plus petits dans son allongement. mais j’ai cru qu’au lieu de la considèrer d’une forme elliptique ils ne l’envisageoient, ainsi que moi, que comme un simple sphéroïde. il me semble meme que quelques uns lui donnent cette dènomination. quoiqu’il en soit c’est une erreur de ma part. puisque leurs calculs demontrent le contraire. vous mavés demontré de la manière la plus simple, la plus claire et la plus honnete que je m’etois trompé. je rectifierai mon injustice involontaire à la premiere occasion que j’aurai de la publier. je vous en ferai même honneur si vous voulés. c’est une réparation que je dois aux astronomes, mais je ne dois pas manquer d’une autre part a ce que je dois à la verité. . . .

— Jacques Henri Bernardin de Saint-Pierre to Joseph Jérôme Le Français de Lalande,
Wednesday, 23 February 1791;
EE letter ID: sainjaVF0030816a1c

from the correspondence of bernardin de saint-pierre — tranches 1–2

Letters published in tranches 1–2 include:

subscriber icon Subscribers have full access to the results of this project and much more.
Find out about subscribing to EE.

what's new : about ee : content : collaborate : publish : subscriber services : contact us : login